Témoigage Manuel Malenfant-Corriveau

Je m’appelle Manuel. Je suis né en 1990 à Montréal. Je viens d’une famille de 4 enfants et 2 parents. Dès mon plus jeune âge, je fus exposé aux enseignements de la Bible. Mes parents m’ont enseigné les valeurs chrétiennes ainsi que les différentes histoires de la Bible. J’allais avec mes parents à l’église tous les dimanches. Assez jeune, je compris intellectuellement que j’étais un pécheur. C’est-à-dire que je faisais plutôt ma propre volonté, au lieu de celle de Dieu. Je désobéissais souvent à mes parents. Je compris également que j’avais besoin de Jésus pour me sauver de la mort éternelle. Mais ma compréhension resta intellectuelle, et je vivais une religion à l’époque. Je tentais de bien agir, car je croyais que c’était cela qui prouvait que j’étais sauvé. Par contre, j’éprouvais peu de plaisir avec l’église, dans la bible, dans les chants ou autres trucs que les chrétiens faisaient.

C’est pourquoi à l’âge de 16 ans, j’arrêtai d’aller aux réunions de mon église. Je voulais vivre moi-même ma « relation » avec Dieu. En vieillissant, je fus également exposé beaucoup à la pensée athée. Par exemple dans mes cours de sciences on m’enseignait l’évolution, et ils semblaient totalement rejeter la possibilité d’un Dieu. Je me mis donc à douter de plus en plus en Dieu et Jésus. Pour moi on ne pouvait prouver son inexistence, mais rien ne m’avait prouvé son existence non plus… Je voulais croire en Jésus pour ce qu’il m’apporterait de bien, mais je n’étais pas prêt de limiter ma vie pour le suivre. Je voulais rester le roi de ma vie. Même si à l’époque je croyais plutôt que c’était l’aspect me semblant déraisonnable du message qui m’empêchait d’avancer sur cette voie, en fait c’était tout simplement un rejet de me part. J’attendais donc que Dieu se manifeste complètement à moi, avant de suivre la religion entièrement. Et même si Dieu m’étais apparu, peut-être que je n’aurais même pas été prêt à le suivre. Je voyais Dieu un peu comme en galeux de party. Oui ses enseignements étaient bons, mais ça m’empêchait de vivre pleinement ma vie. J’avais une très mauvaise compréhension de ce que Jésus avait fait pour moi à la croix.

Je fus également influencé par le courant de pensée existentialiste. Ce courant de pensée athée déclare la vie absurde. Selon lui, l’homme n’a aucun but sur terre, mais doit mourir un jour… Ma vie ne faisait effectivement aucun sens. Soit Dieu pouvait nous en donner un, soit nous devions essayer d’avoir le’ plus de plaisir possible avant de mourir… C’est ce que j’essayai de faire, puisque la religion ne m’apportait rien. J’avais un vide, un manque de sensJ’essayai de le combler autant que je pouvais avec le sport, de bons résultats scolaires, les amis, les partys, ou l’Amour. Mais rien n’y faisait. Tout ça me comblait éphémèrement…. Mon vide restait, et la vie ne faisait pas de sens.

À l’âge de 19 ans, une de mes amies fut frappée par un camion à vélo, morte. Elle avait 18 ans, belle fille aimant la vie, sportive, aimée de tous, voulant devenir médecin. Ce fut un drame pour tous. À ce moment, je vue encore plus le non-sens de la vie… Je commençais alors mes études en génie à la Polytechnique. Je pouvais mourir à tout instant. Et tous les efforts que je donnais ne serviraient à rien… Et au final, même si je mourrais à 80 ans, à quoi bon tous ces efforts? Le résultat est le même. Sans sens, la vie ne valait pas la peine… pourtant, j’étais accroché à cette vie, et j’avais peur de la mort.

Au bord d’un désespoir profond, je me résolus finalement à rechercher si Jésus Dieu existait bel et bien, et s’il pouvait me donner un sens et combler mon vide… Je connaissais bien l’histoire de Jésus, ce qu’il avait fait pour nous à la croix, je comprenais que j’avais besoin de lui pour rétablir ma relation avec Dieu… Et à ce moment, j’étais prêt à Lui laisser les rênes de ma vie. J’étais prêt à le laisser être Roi. Même si à ce moment j’avais encore l’impression que ce serait des contraintes dans ma vie, j’avais besoin d’un sauveur, d’un sens. Je lui lançai donc un ultimatum, je voulais qu’Il se révèle à moi, qu’Il me donne une certitude de son existence, en échange je reconnaissais que j’avais besoin de Jésus, et j’étais prêt à lui donner toute ma vie… Mais pour le suivre, il me fallait une certitude. Je ne pouvais pas suivre des principes, ou par simple foi aveugle. Ma foi devait devenir réel.

1 mois plus tard, J’avais tout ce que j’avais demandé. J’avais une nouvelle certitude comme je me tiens devant vous que Dieu est bien réel… Les histoires que j’avais apprises étant jeunes devenaient maintenant bien réelles. Je comprenais le sens de naître de nouveau! Avant je me considérais encore comme un chrétien, mais je comprenais maintenant que j’étais seulement un religieux, et bien loin d’être un vrai disciple de Jésus… Ma vie fit un 180 degrés. Ma façon de penser changea complètement. J’avais un plaisir à lire la bible, ou tout me parlait, et je voulais apprendre à connaitre Jésus mon Sauveur. J’avais des pensées noires depuis 13 ans, peur de la mort, et maintenant elle m’avait quitté. Ma vie faisait un sens, et je savais ou j’allais après ma mort. Son Esprit vivait maintenant en moi! Je rejoindrais un jour Jésus-Christ dans son royaume. Mon but sur terre est de vivre pour Jésus, car Il le mérite et il m’a sauvé. Jésus fut le seul à combler mon vide. Il est le créateur de l’univers et de l’Homme, il a créé l’homme avec ce vide dans le but qu’on le recherche. Il est le seul à pouvoir combler ce vide! Peu importe ce que vous ferez, vous ne pourrez pas le combler autrement.

Maintenant que j’ai cette vérité. Je ne peux que la partager… C’est ce que je fais depuis 18 mois. Et c’est ce qui me poussa à faire JBEQ cet été. Je veux partager la bonne nouvelle de Jésus autour de moi.

Je vous encourage vous aussi à rechercher Jésus. Il se révèle déjà à nous dans la création, par la Bible, Jésus, notre conscience. Dieu nous recherche déjà. C’est maintenant à nous de le rechercher à notre tour. Et d’être prêt à lui donner notre vie. Ensuite Il se révélera complètement à nous. Dieu n’est pas un « gacheux de party, » il est le sens à notre vie. Il nous donne une paix, un optimisme réel et une espérance. Il faut seulement être prêt à piler sur notre orgueil, et admettre que nous ne pouvons pas tout contrôler de notre vie, mais que nous avons besoin de Jésus pour nous sauver. Nous devons le reconnaître pour ce qu’Il est, le Dieu, qui a tout créé, nous y compris.

ACTES 17 :26-28 « Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure; il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouve en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. »

 

Laisser un commentaire