Le témoignage de Kenneth Morrison

Bonjour,

Mon nom est Kenneth Morrison, je suis originaire de Beresford, un petit village de 4,000 habitants situé au nord-est du Nouveau Brunswick, au bord de la mer. Mon enfance a été plutôt triste, car dès ma naissance je n’étais pas un enfant désiré. Ma mère voulait absolument une fille étant donné qu’elle avait déjà un garçon, Nous sommes 3 garçons dans la famille et je suis le second. De l’âge de 8 ans jusqu’a 12 ans j’ai été abusé sexuellement par la meilleure amie de ma mère. Le jour où j’en ai parlé à ma mère, tout ce qu’elle m’a dit c’est « ferme ta …….. gueule avec ça » ce qui a fait que je me suis renfermé sur moi-même. A l’école j’étais  incapable de me défendre, j’ai été le souffre-douleur de brutes ; pratiquement tous les jours c’était des coups de poings, des coups de pieds, même jusqu’à des punaises, ou des agrafes, dans les jambes.  J’avais peur de me défendre, j’arrivais a la maison les jambes en sang, et quand ma mère me demandait ce qui s’était passé, je disais simplement que j’étais tombé. J’avais trop peur des conséquences qui suivraient.

La religion était très présente dans ma famille ; tous les dimanches ont devait obligatoirement aller à l’église, malgré le fait que je n’aimais pas cela. Quand je le pouvais je prenais ma montre avec un chronomètre pour calculer le temps que le curé prenait pour faire son homélie, et cela quand je ne m’endormais pas, tout simplement… vers l’âge de 13 ans, ma mère ne pratiquait plus mais nous forçait à y aller.. Alors j’allais chercher un feuillet paroissial, et je l’étudiais car je savais qu’elle me poserait des questions et j’allais jouer à l’école ou prendre une marche dans le bois durant le temps de la messe. Mon père n’était pas très présent dans ma vie.

A l’âge de 19 ans, le jour de mon anniversaire, sur un coup de tête, j’annonce à ma famille que je quitte la maison, pour partir au Québec. Je suis allé habiter à Rimouski pour suivre un cours en sciences humaines que j’ai quitté deux mois plus tard. C’est là que je découvre  mon attirance pour les garçons. Mon premier copain était alcoolique et ne voulait pas que je travaille…et là, les coups ont commencé. Dès qu’il était trop saoul c’est moi  qui mangeais la claque… pas de travail signifiait pas d’argent pour manger, et je devais voler pour me nourrir car il ne voulait pas que je prenne de sa bouffe… alors dès que je pouvais, je volais de l’argent ou directement dans les dépanneurs ou les épiceries, mais j’ai quand même enduré cette torture pendant un an et demi. Par la suite je l’ai quitté pour aller habiter à Rivière-du-Loup, pour y suivre un cours en cuisine ; c’est là que j’ai fait la connaissance de Caroline, une fille qui va jouer un rôle très important dans ma vie, car elle et moi on est devenus inséparables.. mais l’enfer de l’alcool m’attendait ; tous les soirs ont sortait dans les bars, certains soirs tellement saoul que j’avais de longues discussions avec les arbres qui se trouvaient sur le bord de la rue… à 21 ans j’apprends que je suis atteint d’un cancer de la vessie… et  que mon père a un cancer des intestins…Nous nous sommes fait opérés à une journée d’intervalle. Quelques jours avant il est venu me voir à Rivière-du-Loup, et il m’a dit qu’il savait que ça allait mal tourner pour un des 2 mais il ne savait pas pour lequel. Pour moi tout a bien été mais lui est devenu paraplégique. Après son opération, je suis allé  le voir à l’hôpital, et ce fut pour moi un choc, de voir mon père en fauteuil roulant. Depuis ce temps la relation avec mon père a pris une tournure totalement différente, nous sommes devenus  très proches l’un de l’autre .La même année, j’ai fait la connaissance d’un chrétien ex-homosexuel qui était aussi un ami de Caroline et une amitié s’est développée au fil du temps.. De temps à autre, il me parlait du seigneur… mais pour moi toutes les religions étaient pareilles… plates et ennuyantes… je le laissais parler.  Mais tout entrait par une oreille et ressortait aussi vite par l’autre.  En 1999 je déménage à Québec… je me trouve un petit emploi comme vendeur de pain. J’avais un autre copain mais pour une fois tout allait bien. La relation a duré 4 ans, adepte des bars, de l’alcool, et mon plus grand rêve était de devenir travesti…car je les trouvais tellement joyeux et heureux. Mais, je ne l’ai jamais fait. Apres 4  ans,  la relation s’est terminée, et quelques mois plus tard  j’ai eu le malheur de rencontrer un autre gars a Sherbrooke, la relation dure quelques mois et je lui dis que ça ne fonctionnera pas entre nous, il me pousse pour me faire tomber dans un escalier de béton. Il commence à me suivre un peu partout, je ne pouvais même plus aller au dépanneur seul. Ordre de la police pour ma vie.

En octobre 2005 plus rien ne va, grosse dépression, je commence à m’isoler de plus en plus ; le 17 octobre 2005 je n’en peux plus de cette vie et je prends la décision de partir, me disant que je ne comptais pour personne et que la terre se porterait bien mieux sans moi…Il est environ 22 heures, la bouteille de médicaments et l’alcool sont prêts pour m’endormir et ne plus jamais me réveiller. On sonne à ma porte sans arrêt….je sais que c’est mon ami chrétien, qui habituellement ne sonne qu’un coup ou deux et repart, mais cette fois, il avait « le piton de collé » …je décide de me lever pour aller répondre, et il me dit qu’il faut que j’écoute une émission de TV très importante…c’était PAROLE VIVANTE, animée par le pasteur Réjean Joly, et dans le message, il parlait de la grâce de Dieu…j’étais hypnotisé par ce message, et à la fin de l’émission , il y avait un chant… là, les larmes coulent, et il parle d’un Déjeuner de l’Espoir …et mon ami me demande si je veux y aller pour voir ce que c’est…mais moi, dans ma tête, je voulais en finir, mais comme ça avait lieu le samedi suivant, j’ai accepté.

Lors  du déjeuner je ne me sentais pas à ma place, et je me demandais ce que je faisais là… mais le pasteur a commencé à parler …et  a dit que si nous avions des problèmes et que plus rien n’allait dans notre vie, que le Seigneur pouvait nous aider. Qu’il ne nous laissera jamais tomber et il a cité Jean 3.16 « car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné sont fils unique afin que qui croit en lui ne périsse point mais ait la vie éternelle. » Je me suis demandé pourquoi il ferait cela pour moi…et me suis dit qu’il devait vraiment nous aimer pour accepter un tel sacrifice.  A la fin du déjeuner le pasteur Joly fit une prière de repentance et j’ai fait de même. Dès cet instant j’ai senti une joie entrer en moi.. Une joie que je n’avais jamais connue auparavant, le pasteur est allé voir mon ami et lui dit que j’avais accepté Christ comme mon Seigneur et Sauveur personnel.

Six mois plus tard, je me faisais baptiser. J’ai décidé de quitter mon ancienne vie, et j’ai fait le choix de passer ma vie en célibataire pour le Seigneur, et j’ai entièrement renoncé à l’homosexualité. Mais je ne suis pas guéri. Le seigneur le fera si c’est son désir. Je m’impliquais le plus possible dans tout ce que je pouvais à l’église. J’ai fréquenté cette église pendant 5 ans, par la suite on a été environ 1 an sans église et depuis un peu plus de 2 ans j’ai retrouvé une nouvelle famille à Credo. J’aimerais trouver une façon d’aider les jeunes homosexuels, car je suis certain que plusieurs d’entre eux  refusent de venir au seigneur de peur de devoir passer leurs vie seuls ou d’être jugés.. mais je suis la  preuve que l’on peut être différents et être dans la joie avec le Seigneur.

Merci beaucoup

Laisser un commentaire