Série sur Apocalypse (partie 1)

Bonjour,

Dimanche dernier (21 juillet 2013), j’ai commencé un survol du livre de l’Apocalypse. On entend beaucoup de choses à propos de la fin du monde (fin du calendrier maya, bogue de l’an 2000, etc.), alors j’ai décidé de faire une série de 3 prédications pour montrer le cadre que Dieu donne à la fin du monde.

La série continuera les deux prochains dimanches (28 juillet et 4 août). Si vous avez manquez la première prédication de la série ou si vous voulez raviver votre mémoire, voici un document pdf de la 1ère prédication (Eschatologie I – Les derniers temps de l’église)

Voici la prédication en tant que tel:

Est-ce que vous vous souvenez du bogue de l’an 2000 ? Pour les plus jeunes, les systèmes informatiques  de l’époque avaient de la misère à gérer le changement de millénaire. Certains gens croyaient que ce bogue allait causer la fin du monde. Plus récemment, on a eu la fin du calendrier maya le 21 décembre 2012. Encore une fois, des gens ont prédit que ce serait la fin du monde.

Ça fait plus de 2000 ans que des groupes de toutes sortes annoncent la fin du monde. Ces groupes sont tellement bien informés qu’ils sont même capables de fournir une date exacte. Par contre, l’histoire démontre que cette fin du monde n’est pas encore arrivée.

Dans le but de démêler tout ce qu’on entend à propos de la fin du monde, on va faire un survol du livre de l’apocalypse pendant 3 semaines. On va regarder quel cadre Dieu a donné à cette fin du monde. Mais j’espère que je vous transmettre plus que de l’information. J’espère que ce qu’on va lire en Apocalypse va produire une transformation dans notre tête, dans notre cœur et dans nos actions. Si on ne fait qu’accumuler de l’information sur des événements futurs, ce n’est pas tellement utile.

Le plan de match pour les 3 prédications est le suivant :

  1. Les derniers temps de l’église
  2. La grande tribulation
  3. Le renouvellement

J’ai divisé le survol du livre de l’Apocalypse de cette manière afin de couvrir 3 périodes de temps différentes.

cadre

Il est important de mentionner que le livre d’Apocalypse n’est pas le livre de la Bible le plus simple à comprendre. Par conséquent, des chrétiens matures, intelligents et remplis du St-Esprit ne viennent pas tous aux mêmes conclusions en lisant le livre d’Apocalypse. Face à ce constat, on doit se rappeler les vérités essentielles auxquelles tous les chrétiens adhèrent : le salut est disponible par la foi en Jésus, Satan l’ennemi de Dieu s’attaque à nous parce que nous sommes les enfants de Dieu et Jésus reviendra un jour pour remporter la victoire et instaurer un royaume éternel. On a le droit de se former une opinion sur des détails de la fin du monde qui soit basée sur la parole de Dieu, mais il faut garder en tête que c’est possible que l’on se trompe sur quelques détails à cause de notre mauvaise compréhension. On doit se garder une petite gêne avant de se chicaner entre chrétiens sur des questions poussées de théologie.

Entrons dans le vif du sujet et lisons comment Jésus a été enlevé vers le ciel : Actes 1.1-12. On voit que Jésus est enlevé vers le ciel. Cela fait 2000 ans que Jésus y est. Nous attendons son retour, comme les anges l’ont annoncé aux apôtres. Jésus a laissé les apôtres à Jérusalem avec un don et une mission : le don du Saint-Esprit qui allait venir vivre en eux et la mission d’annoncer le message de Jésus partout dans le monde. Dans le nouveau testament, les apôtres ont souvent la même question pour Jésus : quand est-ce que le royaume d’Israël va être rétabli ? On doit se rappeler que les Romains avaient la domination sur les Juifs et qu’il y avait souvent des rebellions. L’ancien testament annonce l’arrivée d’un roi victorieux qui vient régner sur les nations avec un sceptre de fer. Les apôtres savent que ce roi est Jésus et ils veulent savoir quand est-ce que Jésus va régner sur les Romains. Jésus leur répond qu’il ne leur appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés. C’est étonnant de voir combien de gens essaient de trouver la date où Jésus reviendra en utilisant la Bible, alors que Jésus lui-même nous dit que seul Dieu le sait.

Nous sommes environ en 33 après Jésus-Christ. La lettre de l’Apocalypse a été écrite environ en 90 après Jésus-Christ. Durant ces 60 années, le message de Jésus s’est répandu à partir de Jérusalem et s’est rendu même jusqu’à Rome. Au début, les autorités romaines considèrent le christianisme comme une secte du judaïsme. Comme le judaïsme est une religion légale selon l’empire romain, les chrétiens vivaient relativement en paix avec le gouvernement. Au fil du temps, les Romains se sont mis à considérer le christianisme comme une religion à part entière, une religion qui n’avait pas un statut légal selon l’empire romain.

En 70 après J-C, les Juifs de Jérusalem se sont rebellés une fois de plus contre Rome. L’empire romain s’est tanné et a attaqué la ville. Il est même allé jusqu’à détruire le temple. Les Juifs qui ont survécu se sont dispersés dans les provinces de l’empire romain. Après cet événement, les Juifs ont été obligés de payer une taxe spéciale à l’empereur. Pas une taxe pour payer les frais du gouvernement, mais une taxe religieuse. Les Juifs devaient maintenant payer une taxe pour payer l’entretien du temple dédié à l’empereur romain.

Les Romains avaient plusieurs divinités, comme les Grecs et d’autres civilisations de l’époque. Par contre, les Romains allaient jusqu’à adorer la ville de Rome, une déesse appelée Roma, et adoraient leur empereur comme un dieu. C’était un honneur pour une ville que de pouvoir avoir la statue de l’empereur. L’empire romain avait acquis beaucoup de provinces et de territoires au fil des années. En encourageant le culte de l’empereur, l’empire romain pouvait mettre son grain de sel dans la vie religieuse de toutes les nations qu’il contrôlait.

Les chrétiens étaient dans une situation difficile. Payer la taxe pour le temple de l’empereur revenait à reconnaître sa divinité, ce qui était clairement un blasphème. D’autre part, le christianisme était mal vu des autorités romaines parce que les chrétiens ne participaient à aucune religion légale et n’adoraient pas les idoles. Ça peut sembler étrange à nos yeux, mais les Romains croyaient que les chrétiens étaient des athées puisqu’ils n’adoraient pas les idoles. Les Romains pensaient même que les chrétiens étaient des cannibales à cause de la sainte-cène (où on parle de manger le corps de Jésus et de boire son sang).

L’empereur Domitien a régné de 81 à 96 après J-C. C’était un empereur qui prenait son rôle supposément divin très au sérieux. Il demandait à tout le monde de l’appeler « Notre maître et notre Dieu ». En public, des gens devaient lui crier : « Vive le Seigneur, victoire au Seigneur de la terre; puissance, gloire, honneur, paix, sécurité au saint, bienheureux et grand; qui est semblable à toi ? Tu es digne de prendre le royaume, Seigneur des seigneurs, Très-haut parmi les grands, dieu de toutes choses, dieu éternel, seigneur d’éternité en éternité, Seigneur de tous les siècles ». Donc, on voit qu’il ne se prenait pas pour un deux de pique. Cet empereur a engagé de nombreuses persécutions contre les chrétiens parce que ceux-ci refusaient d’adhérer au culte impérial. Les chrétiens perdirent leur vie plutôt que de se soumettre au culte d’un homme.

On arrive finalement à l’année 90. Domitien est encore l’empereur et il continue de persécuter les chrétiens. L’apôtre Jean est encore en vie, mais il est maintenant sur l’île de Patmos, une espèce de prison pour l’empire romain. Jean est sur cette île à cause du témoignage qu’il donne de Jésus. Lisons Apocalypse 1.1-3

Le livre commence en disant que c’est une révélation de Jésus-Christ. Dans nos Bibles, le livre s’appelle Apocalypse. En grec, le mot « Apocalupso » signifie révélation. Au lieu de traduire « Apocalupso » par révélation, on a fait un mot français : apocalypse.

Donc, le livre est une révélation qui a été donné par Dieu à Jésus, puis à l’apôtre Jean. Dieu l’a donné afin de montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt. Grosso modo, le livre d’Apocalypse est une vision du futur. On peut se demander pourquoi Dieu a donné cette vision du futur. Quand Dieu envoie des prophéties sur le futur, c’est dans le but de changer notre comportement dans le présent. Les chrétiens à l’époque de Jean vivaient des persécutions terribles. C’est difficile de garder notre confiance dans un Dieu tout-puissant lorsqu’on voit que les hommes violents restent impunis et que les enfants de Dieu meurent par la persécution. C’est tentant de renoncer à notre foi et de faire comme tout le monde : payer notre taxe à l’empereur, adorer des idoles et avoir une vie simple et moins dangereuse. Les gens de l’époque devaient douter de Dieu et remettre en question la nécessité de souffrir pour le nom de Jésus. En envoyant une vision du futur, Dieu montre que la souffrance est temporaire, mais que la victoire en Christ est éternelle.

Si on revient au début d’Apocalypse, Jean reçoit une révélation de Jésus. Jean a une vision merveilleuse du Seigneur Jésus. Avant de parler du futur, Jésus a des messages à envoyer dans 7 églises d’Asie mineure (actuellement la Turquie). Ça renforce l’idée que le livre d’Apocalypse n’est pas seulement un ramassis d’information sur le futur, mais bien un message servant à changer le comportement dès aujourd’hui. Jésus vient parler du futur aux églises d’Asie mineure, mais il leur parle d’abord de leur conduite actuelle et des changements qu’il veut voir chez elles.

À l’époque de Jean, l’Asie mineure était une région riche à cheval entre le monde occidental et oriental. Il y avait un grand mélange de culture et de philosophie. Jean va écrire à 7 églises de cette région : Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. Chaque église a son message qui lui est propre. Lisons le message adressé à l’église de Laodicée : Apocalypse 3.14-22.

Des 7 églises, j’ai choisi le message à l’église de Laodicée parce que nous vivons en Occident. Nous vivons dans une société riche où la tolérance est une valeur des plus importantes. Alors que la persécution est commune dans d’autres pays, nous ne vivons qu’une persécution mineure et nous vivons dans le luxe. Un pauvre au Québec est un riche dans le reste du monde. Je ne veux pas vous dire ce matin que nous sommes tous des gens tièdes pour Dieu, sans passion et avares de nos richesses. Par contre, notre contexte social fait en sorte qu’il s’agit d’un piège pour notre église, plus que pour une église d’Asie ou d’Afrique. On doit faire attention à mettre nos priorités aux bonnes places et à rester bouillant de passion pour Dieu.

Jésus prend soin de son église. Il veille sur nous et nous reprend lorsque nous nous détournons de lui et de son enseignement. Jésus exhorte l’église de Laodicée à changer et à faire preuve de zèle (Apoc. 3.19). Jésus corrige son église, non pas parce qu’il est un maître dur, mais bien parce qu’il nous aime. Les parents dans la salle savent particulièrement bien que de corriger son enfant n’est pas une expérience plaisante, mais que c’est nécessaire pour le bon développement et le bien-être de l’enfant. Si mon garçon veut courir dans le parking de Place Laurier et qu’il ne veut pas me tenir la main, est-ce que je suis un bon père si je le laisse faire ? Après l’appel au changement, Jésus rappelle que de le suivre n’est pas en vain : Apoc. 3.21,22.

Environ 1900 ans après le message de Jésus à l’église de Laodicée, nous sommes encore dans la même période de temps. Jésus prend soin de l’église et nous devons prendre garde aux avertissements qui sont dans la parole de Dieu. Et 1900 ans plus tard, nous sommes dans l’attente du retour de Jésus.

Pourquoi est-ce que Dieu ne met pas fin dès aujourd’hui aux souffrances et à la persécution ? Pourquoi ne procède-t-il pas déjà à son jugement ? Lisons 2 Pierre 3.8-10.

Dieu nous a laissé sur terre avec une mission : annoncer que le pardon des péchés est disponible en mettant notre confiance dans le sacrifice de Jésus sur la croix. Dieu veut que le maximum de gens se convertissent et mettent leur confiance en Jésus.

Un jour, la patience de Dieu arrivera à sa limite. L’église rejoindra le Seigneur Jésus au ciel : 1 Thessaloniciens 4.13-18.

À partir de ce moment, tous les chrétiens de tous les âges iront rejoindre Jésus dans les airs. Nous serons pour toujours avec lui. Quelle espérance, quelle joie à venir !

Si on revient aux apôtres dans le livre des Actes, ils ont demandé à Jésus : quand est-ce que la royauté va être rendu à Israël ? J’aimerais vous proposer que l’enlèvement de l’église dans les airs ne correspond pas au rétablissement du royaume d’Israël. Pour voir quand Jésus va revenir en vainqueur pour être le roi d’Israël, il faut être là pour la prédication de la semaine prochaine.

En conclusion, Jésus veille sur son église. Il veille sur nous. Nous devons rester alertes, car nous ne connaissons pas le moment de son retour. Chez nous, quand ma femme part travailler, je sais vers quelle heure elle va revenir. Et comme je suis paresseux, je fais le ménage de la maison juste avant son arrivée. On ne pourra pas faire le ménage de notre maison au dernier moment avant le retour de Jésus. Il va revenir de manière inattendue, comme un voleur dans la nuit. Pour cette raison, nous devons veiller sur notre vie. Nous devons rester fermement attaché à Jésus et être bouillant de passion pour lui. Nous devons accomplir notre mission de partager la bonne nouvelle de Jésus. « Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux églises » : soyons attentifs à la parole de Dieu pour l’écouter, la méditer et la mettre en pratique.

Laisser un commentaire